Implantation d’un dispositif de stimulation du nerf vague : technique, indications, resultats, suivi des patients.

, par  Bertrand Godet, François Caire , popularité : 6%

V. Suivi post-opératoire

*1. Surveillance post-opératoire

Comme dans toute chirurgie de la région cervicale, le risque principal en post-opératoire est la constitution d’un hématome du foyer opératoire. Le personnel paramédical doit en être informé, afin d’adapter la surveillance. Les patients sortent en général le lendemain de l’intervention. Des consignes leur sont données quant à la surveillance des plaies et des effets secondaires de la stimulation.

*2. Réglage du stimulateur

Il est recommandé par l’industriel de ne débuter la stimulation effective qu’après un délai d’au moins deux semaines en post-opératoire. Il est toutefois possible de débuter plus précocement, le lendemain de l’intervention, comme pour la plupart des autres interventions de neuromodulation.

Le patient est ensuite suivi régulièrement par le neurologue qui a posé l’indication. L’intensité de stimulation est augmentée progressivement par paliers de 0,25 mA, la stimulation devant être ressentie comme agréable par le patient.

Le délai nécessaire pour atteindre les paramètres définitifs est donc long, en général de l’ordre de trois à six mois. Les paramètres les plus couramment utilisés sont les suivants :
-  fréquence : 30 Hz ;
-  durée d’impulsion : 500 μs ;
-  Cycle de stimulation : période ON : 30 sec / période OFF : 5 minutes
-  pour une intensité du courant de sortie de l’ordre de 1 à 2 mA.
Le dispositif fonctionne 24 heures par jour.

Dans notre expérience, le patient est revu pour régler le SNV mensuellement pendant 6 mois puis en fonction de l’effet thérapeutique obtenu et de la tolérance. Dans un premier temps, seule l’intensité est progressivement augmentée, la durée d’impulsion ou la fréquence pouvant être adaptée selon la tolérance (tableau 1). Si l’effet thérapeutique n’est pas satisfaisant, et parfois de façon assez systématique dans certains syndromes épileptiques (Lennox-Gastaud), le cycle de stimulation peut-être modifié avec évolution vers un cycle rapide sans que la période ON ne puisse excéder 50% de la période OFF (tableau 2).

Tableau 1 : exemple d’adaptation des réglages au cours du temps (source : : LivaNova).

PNG - 37.8 ko
Tableau 1 : exemple d’adaptation des réglages au cours du temps (source : Cyberonics)

Tableau 2 : adaptations vers le cycle rapide (source : : LivaNova). Les réglages non recommandés sont indiqués en orangé.

PNG - 37.7 ko
Tableau 2 : adaptations vers le cycle rapide (source : Cyberonics). Les réglages non recommandés sont indiqués en orangé.

Un aimant peut être remis aux patients qui ressentent des prodromes annonciateurs de la crise : l’apposition de cet aimant en regard du site d’implantation permet de déclencher un train d’impulsion susceptible d’arrêter la crise, ou du moins d’en limiter l’intensité. Cet aimant peut également être appliqué par l’entourage, s’il constate une crise.