Fistules artério-veineuses durales intracrâniennes

Dernière mise à jour : mardi 8 avril 2014

 Définition

Les fistules artério-veineuses durales (FAVD) représentent 10 à 15 % des shunts artério-veineux intracrâniens (4). Il s’agit d’un groupe hétérogène de shunts artério-veineux répondant à 3 critères toujours présents :

  • les afférences artérielles proviennent toujours d’artères à destinée extra-encéphalique, qu’il s’agisse de branches méningées d’artères extra-crâniennes, ou de branches méningées d’artères intracrâniennes.
  • le nidus, ou la zone de shunt, est situé dans l’épaisseur de la dure-mère. Il est toujours extra parenchymateux.
  • le drainage veineux est intracrânien, empruntant un sinus veineux ou une veine lepto-méningée.

Ils ont été longtemps apparentés aux malformations artério-veineuses (MAV) dans la mesure où il existe des shunts artério-veineux et où ils peuvent être responsables d’hémorragies intracrâniennes. Cependant les 3 critères cités plus haut les en différencient, de même que leur origine acquise reconnue, et leur association fréquente avec des thrombophlébites cérébrales.

 Historique

Jusque dans les années 1960, les FAVD étaient confondues avec les MAV cérébrales, et représentaient 10 à 15 % d’entre elles (4) ; elles étaient considérées comme des malformations congénitales. A cette époque, Newton met en évidence l’origine extra crânienne des afférences artérielles (45). En 1973, Aminoff séparait les FAVD des MAV en localisant le shunt dans l’épaisseur de la dure mère (1) et en 1976, Castaigne relevait que le risque hémorragique était corrélé avec l’existence d’un drainage veineux cortical (14) En 1977, Djindjian et Merland établissait une première classification des FAVD basée sur le type de drainage veineux (18) et confirmaient qu’un drainage dans un sinus veineux n’entrainait que des symptômes fonctionnels, alors qu’un drainage veineux cortical représentait un risque fonctionnel et hémorragique - donc vital - élevé.