Métastases cérébrales

Dernière mise à jour : samedi 14 mars 2015

 Résumé

Les métastases cérébrales (MC) sont les tumeurs cérébrales malignes les plus fréquentes. L’augmentation de l’incidence des MC, le développement de la radiochirurgie et des thérapies ciblées ont changé la prise en charge des patients atteints de MC. Toutefois, la chirurgie carcinologique, diagnostique ou palliative garde une place au premier plan des traitements des MC.
Dans cette revue nous avons détaillerons les étapes du traitement chirurgical d’une MC depuis le diagnostic jusqu’à l’annonce du résultat. Les critères permettant de poser une indication chirurgicale comme la technique opératoire seront détaillés au travers d’un exemple d’exérèse de MC. La gestion des suites opératoire seront également abordées afin de donner au neurochirurgiens le plus d’informations possibles pour prendre en charge son patient dans sa globalité.

 I. Définition

Les MC sont les tumeurs intracrâniennes malignes les plus fréquentes et peuvent toucher jusqu’à 40 % des patients atteints de cancer[1]. L’incidence des MC est en augmentation en raison des progrès de l’imagerie, des traitements locaux (chirurgie, radiothérapie stéréotaxique) et systémiques[2]. Le traitement chirurgical reste l’un des éléments majeur du traitement carcinologique puisqu’il augmente la survie globale des patients atteints de MC[3]. La chirurgie des MC consiste dans la plus grande majorité des cas à réaliser une exérèse complète de ou des lésions cérébrales. Toutefois, le traitement chirurgical ne se résume pas au geste chirurgical en lui même. Apres avoir rappelé quelques éléments important de l’histoire de la chirurgie des MC, les trois grandes étapes d’une chirurgie de MC seront détaillées :
1. Le temps préopératoire : comment poser une indication chirurgicale ?
2. Le temps opératoire : l’acte chirurgical
3. Le temps postopératoire : le suivi post opératoire immédiat et à plus long terme

 II. Historique : description princeps et évolutions ultérieures

Le diagnostic de MC était historiquement, pour le patient atteint de cancer, l’entrée dans la phase terminale de sa maladie. Petit-Dutaillis et Schmite publient en 1934, « l’exérèse avec succès d’une MC d’un cancer mammaire ayant permis une guérison apparente » [4]. Lorsqu’une hypertension intracrânienne était d’origine métastasique, l’intervention devenait alors contre indiquée [5].
Les progrès diagnostiques liés à l’avènement du scanner [6] puis de l’IRM cérébrale[7] ont révolutionné la neurochirurgie. Le temps opératoire a été transformé par les progrès de la neuro-anesthésie mise au point en 1950 [8]. Le développement du matériel chirurgical de plus en plus performant tel que les moteurs chirurgicaux, les microscopes opératoires ou les dissecteurs ultrasoniques [9] ont permis de gagner en efficacité et en sécurité au cours du geste chirurgical. L’apparition des salles de réveils, le développement des traitements symptomatiques (antiépileptiques, corticoïdes) et des traitements à visée carcinologiques (radiothérapie, chimiothérapie, thérapies ciblées) ont également modifiés considérablement la prise en charge chirurgicale des patients atteints de MC.