Traitement chirurgical du tremblement

, par  David Maltête, Romain Lefaucheur, Stéphane Derrey , popularité : 7%

Données sémiologiques

Le TE associe communément une composante posturale et d’action ce qui permet de le différentier du tremblement de la maladie de Parkinson qui dans sa forme typique n’est présent qu’au repos (tableau I).

PNG - 64.9 ko
Tableau I
Caractéristiques et différences sémiologiques entre le tremblement de la maladie de Parkinson et celui du tremblement essentiel.

Comme la plupart des mouvements anormaux le TE peut être aggravé par le stress, l’anxiété(51) et la fatigue ; il peut aussi être transitoirement contrôlé par la volonté. Il s’agit d’un tremblement symétrique ou asymétrique, distal au début de la maladie, plus rapide (8 à 12 Hz) que dans la maladie de Parkinson ; son amplitude est variable (vidéo 1).
Le TE débute le plus souvent aux membres supérieurs qui sont atteints dans 95% des cas. Un tremblement du chef et des membres inférieurs est présent respectivement dans 34% et 20% des cas. D’autre part, lorsque le tremblement gagne les muscles du cou (12%) la voix peut devenir chevrotante ; l’atteinte de la face, de la langue ou du tronc est plus rare (5%)(70). Ce tremblement est fréquemment sensible à l’alcool(70) conduisant parfois les patients à une dépendance. Pour être essentiel, le tremblement doit être isolé et par conséquent le reste de l’examen neurologique normal hormis l’existence d’une roue dentée que l’on peut parfois rencontrer. Des critères diagnostiques ont été établis dans une conférence de consensus en 1998 (tableau II).

PNG - 116.7 ko
Tableau II
Critères diagnostiques du tremblement essentiel : conférence de consensus 1998.

Ces critères sont repris de manière simplifiée dans le tableau III.

PNG - 64.8 ko
Tableau III
Critères diagnostiques simplifiés du tremblement essentiel.

L’évolution du TE se fait vers une aggravation progressive combinant une extension topographique du tremblement vers les segments proximaux des membres, une augmentation de l’amplitude parallèlement à une diminution de la fréquence et l’installation d’une composante intentionnelle. Le degré d’invalidité est très variable. Le plus souvent mineur, le handicap peut aussi devenir très sévère notamment en cas d’atteinte de la main dominante. L’impact social peut être majeur et certains patients sont contraints d’arrêter leur activité professionnelle. L’aggravation peut se faire jusqu’à rendre difficile des gestes de la vie quotidienne (se coiffer, se raser), l’alimentation, l’écriture et une ré-orientation professionnelle est nécessaire chez environ 25 % patients.

Vidéo 1